Les communautés religieuses exigent davantage de protection pour les réfugiés

Pour la première fois, juifs, chrétiens et musulmans publient une déclaration commune sur les réfugiés. Les communautés religieuses représentées au sein du Conseil suisse des religions invi-tent leurs membres à s’engager en faveur des réfugiés. En même temps, elles en appel-lent à l’État et au monde politique en leur enjoignant d’assumer leurs responsabilités face aux besoins des réfugiés.


Le paysage religieux de la Suisse a changé au cours des dernières décennies; il est devenu multiple. Comment des êtres qui tiennent pour vraies et justes des choses très différentes peuvent-ils vivre ensemble? Nombreuses sont les personnes en Suisse que cette question préoccupe. En outre, le danger dans le contexte international actuel est que la religion soit utilisée pour justifier des prétentions de puissance et pour légitimer violence et guerre. C’est dans ce cadre que le Conseil suisse des religions (SCR) a été fondé le 15 mai 2006. Le Conseil se compose de personnalités dirigeantes des trois Églises nationales, de la communauté juive, la Métropole orthodoxe et d’organisations islamiques qui ont chacune été mandatées par leurs autorités suprêmes. Contribuer au maintien et à la promotion de la paix religieuse en Suisse, promouvoir la compréhension et la confiance entre les responsables des communautés religieuses, parler les uns avec les autres plutôt que les uns à propos des autres, constituent quelques-uns des objectifs de cette plateforme de dialogue. Le SCR doit également être un partenaire de contact pour les autorités fédérales.

Actualité

Les communautés religieuses exigent davantage de protection pour les réfugiés

Photo ©SEK/Anja Zurbrügg

Pour la première fois, juifs, chrétiens et musulmans publient une déclaration commune sur les réfugiés. Les communautés religieuses représentées au sein du Conseil suisse des religions invi-tent leurs membres à s’engager en faveur des réfugiés. En même temps, elles en appel-lent à l’État et au monde politique en leur enjoignant d’assumer leurs responsabilités face aux besoins des réfugiés. Par exemple en institutionnalisant leur réinstallation. C’est la première fois que juifs, chrétiens et musulmans s’expriment d’une même voix sur la question des réfugiés. La déclaration prend donc un caractère unique et signifie un grand pas pour le dialogue interreligieux. Le projet est soutenu par le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, un partenaire de longue date des communautés religieuses engagées dans le monde entier.

lire plus…